Warning: file_get_contents(/proc/loadavg) [function.file-get-contents]: failed to open stream: Permission denied in /home/www/cfdtliaison/www/config/ecran_securite.php on line 358
PVC quel scénario écrit pour nous JP CLAMADIEU ? - [Liaison Solvay France]
Liaison Solvay France

PVC quel scénario écrit pour nous JP CLAMADIEU ?

mardi 9 avril 2013

PVC QUEL SCENARIO ECRIT POUR NOUS JP CLAMADIEU ?

Quelques jours avant la réunion de CE du 12 mars, des documents officiels parlant d’une étude sur la faisabilité d’une joint venture (co-entreprise) sur le site de Tavaux et concernant la chaîne chloro vinyle ont été portés à la connaissance de notre syndicat.

Cette éventuelle co-entreprise engloberait les fabrications suivantes : CAL, EPI, MCG, EDIA, IXOL, C3, OHT, HCL TEP, POLIGNY, SALINE, LAIT DE CHAUX, SOUDE CAUSTIQUE SOLIDE, ELECTROLYSE, LOGISTIQUE (activité de chargement/déchargement), MAINTENANCE DE SECTEUR LABORATOIRE, DCE, VCM, PVCE et S. L’effectif concerné serait de 624 Salariés.

Les autres secteurs et activités de Tavaux restant dans le périmètre Solvay pour un effectif de 725 personnes.

Sur la base de ces informations, le syndicat CFDT a en réunion plénière du CE du 12 mars, informé les autres organisations syndicales et interrogé la Direction pour savoir si une décision de ce type avait été prise par le COMEX.

Pour la CFDT, le Directeur dans ses réponses reconnait l’existence d’un projet parmi d’autres tout en refusant de nous donner de plus amples informations. Vous trouverez l’ensemble des interventions de la CFDT et les réponses de la Direction dans le Procès verbal du CE du 12 mars.

Les réponses de la Direction n’étant pas claires, les élus CFDT et ceux des autres OS ont décidé de demander un Comité Central d’Entreprise afin d’y aborder les questions de fond soulevées par le document en notre possession.

L’objectif étant d’évaluer et repérer les risques, en matière d’emploi et de mise en cause d’acquis sociaux, que pourrait engendrer la mise en co-entreprise de la chaîne chloro vinyls du groupe et plus particulièrement sur l’ensemble Chlore-Solvin de Tavaux.

Suite à cette intervention de la CFDT un Comité Central d’Entreprise extraordinaire va avoir lieu le 4 avril, une réunion préparatoire regroupant l’ensemble des élus du CCE a eu lieu à Paris le lundi 25 en présence de l’expert comptable du CCE.

Notre organisation, par l’intermédiaire de ses élus au CCE, va interroger la Direction Nationale, ainsi que le groupe à travers le Comité Européen. Dans un contexte où il a été reconnu qu’un projet est en cours, notre démarche se veut responsable et a pour objectif de défendre votre bien le plus précieux (l’emploi et l’avenir du site).

Dans la situation actuelle où l’on se dirige vers une probable restructuration du PVC en Europe pour réduire les surcapacités, et ou des acteurs sont en difficulté (en veut pour preuve la mise en redressement judiciaire des activités PVC de Kem one (ex Arkema), la position de JP CLAMADIEU demeure que les activités cycliques restent le point faible du groupe.

Restons vigilants afin de mieux comprendre, anticiper et agir.
Vous trouverez au verso les principales questions que nous poserons en CCE :

 1. La décision de former une co-entreprise

avec le pôle vinylique, est l’option en cours d’instruction très avancée. Elle est de nature stratégique, elle a été validée par le COMEX, et confirme que ce pôle ne fait pas partie du core business du nouveau Solvay. Selon Solvin . L’industrie européenne chlore-vinyl est confrontée à un double problème probablement « durable » (au moins 5 ans) : les marges sont considérées comme insuffisantes et la croissance est trop faible (+0,9% par an à l’horizon 2016) alors que les restructurations sont trop lentes et les coûts de sortie trop élevés (alors qu’il reste trop d’acteurs) tandis que l’avantage concurrentiel de la chlorochimie US se serait considérablement renforcé… (extrait de la présentation du « new business model de Solvin ») :

  • Comment cette option de co-entreprise peut-elle permettre de traiter le problème en Europe de la surcapacité, de faiblesse des marges et perspectives de croissance très morose ?
  • Le marché européen n’étant pas homogène (différence entre Europe du Sud et Europe du Nord, entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est) et le pôle vinylique de Solvay n’étant pas exposé de partout de la même manière, comment un projet de JV pourrait-il répondre à cette situation ?
  • Il faudrait que le partenaire ait des capacités à restructurer pour participer activement à la consolidation du marché (réduction du nombre d’acteurs) et à la réduction d’une surcapacité globale estimée à 1 Mt. Solvay devrait participer aussi à la réduction de capacité ? Y a-t-il à l’étude un projet de réduction de capacité à Tavaux dans les activités rattachées au pôle vinylique ?
  • Solvin présente sa profitabilité comme étant trop faible relativement aux concurrents Shinetsu, Ineos et Vinnolit qui auraient tous les 3 amélioré leurs positions ces 3 dernières années (à l’inverse, dans d’autres présentations, Solvay est qualifié de performant…). Le changement de business model préconisé par Solvin (focalisation sur les PVC suspension et les spécialités PVC émulsion, co-polymères, fillers-, réduction des coûts des fonctions centrales et de la R&D,…) est-il toujours d’actualité ? Fait-il encore sens avec un partenaire dans la JV qui par définition n’est pas sur les mêmes positionnements ?
  • Quelle est la cible de profitabilité qui est visée et la génération de free cash flow cible ?

 2. Les modalités de mise en œuvre

  • A quel stade d’instruction est aujourd’hui l’étude du projet de co-entreprise ? Quelles sont les échéances ? La joint-venture concerne uniquement les actifs européens ou porte-t-elle sur l’ensemble du pôle avec l’Asie (sachant que Indupa a été mis en vente) ?
  • Position de BASF, partenaire au sein de Solvin, sur ce projet ?
  • Quel partenaire (fonds d’investissement, industriel,…) ? Quels sont les critères du choix ?
  • Nature de la joint-venture (« concentrative » ou « coopérative ») et interaction avec les règles communautaires de concurrence : quel type de joint-venture et quelle évaluation relativement aux règles communautaires de concurrence modalités de mise en place des organes de direction.
  • Des cabinets consultants ou de banques d’affaires conseillent-ils Solvay dans ce projet ?
  • Quelle est l’implication de la direction de Tavaux dans ce projet ? Sur quelles parties de l’étude la direction de Tavaux a-t-elle été sollicitée (elle est au fait du projet puisque les études menées sur le site nécessitaient de pouvoir accéder à des données industrielles, comptables et sociales spécifiques au site ainsi qu’à de probables entretiens) ?

 3. Les impacts

  • Périmètre de la co-entreprise et déclinaison pour la plateforme de Tavaux ? Des secteurs et des unités seraient versés dans la co-entreprise, d’autres non (spécialités et prépondérante). Explicitation des critères de choix ?
  • Explicitation des impacts sur le modèle opératoire en vigueur à Tavaux : le modèle de la « prépondérante » devrait être revisité ?
  • Effectifs : quelle évaluation des effectifs par unité et secteur sur la base de laquelle se ferait la répartition entre les activités qui iraient dans la JV et celles qui resteraient dans Solvay. Quelles prévisions d’effectifs à l’horizon 2014-2015 dans ce nouveau contexte (accord GPEC).

CFDT Tavaux le 2 mars 2013


Accueil du site | Contacter l'auteur de ce site | Plan complet du site | | icone statistiques visites | info visites 0

CFDT Legacy SOLVAY, Legacy RHODIA et CYTEC France

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SOLVAY GROUPE FRANCE  Suivre la vie du site SOLVAY UES  Suivre la vie du site TAVAUX  Suivre la vie du site Actualités (Nos tracts...)

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC